Klarthe
Follow via facebook Follow via twitter Follow via youtube Follow via dailymotion

Trois poèmes de Chûya Nakahara - Takénori Némoto

E-mail

Pour clarinette (clarinette basse), violoncelle et piano

Prix:
15,83 €
mode d'édition :

Description du produit

Trois poèmes de Chûya Nakahara - Takénori Némoto

Pour clarinette (clarinette basse), violoncelle et piano

 

Né au Japon, Takénori Némoto commence son appentissage musical dès son jeune âge : le violon à 3 ans et le piano à 4 ans puis découvre le cor à 15 ans tout en débutant ses études de direction musicale.

 

Après avoir obtenu plusieurs prix d’excellence : cor, musique de chambre, orchestre, direction d’orchestre, harmonie, contrepoint, orchestration, pédagogie, analyse musicale… à l'Université Nationale des Beaux-Arts et de la Musique de Tokyo, il arrive en France en 1992 et commence ses études à l’Ecole Normale de Musique de Paris où il obtient en 1993, à l’unanimité avec les félicitations du jury, le Diplôme Supérieur d’Exécution et en 1997 le Diplôme Supérieur de Concertiste. Entre ces deux diplômes il poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et obtient son premier prix à l’unanimité de cor ainsi que le diplôme de formation supérieure avec mention très bien avant d’y effectuer un cycle de perfectionnement. Il est également lauréat de plusieurs concours internationaux  (Tokyo, Toulon, Trévoux, Marseille…).

 

Directeur musical de l’Ensemble Musica Nigella, sa carrière de chef d'orchestre est remarquée lors des représentations d'opéras comme Rita de Donizetti au Théâtre de Fontainebleau en 2010, le Voyage d'hiver à l'Athénée, Théâtre Louis-Jouvet et Hänsel et Gretel à l'Espace Pierre Cardin à Paris en 2012. Ses œuvres ont été créées par les ensembles tels que l'Orchestre Victor-Hugo, Franche-Comté, l'Orchestre Poitou-Charentes et l'Ensemble Calliopée.

 

Autoportrait dans la nuit froide*

 

Sans gloire

Mais bride en main,

Je traverserai cette terre obscure !

Ma volonté est claire

 

Je ne me plaindrai pas de cette nuit d’hiver.

Les gens sont tristes d’impatience

Les femmes fredonnent dans leurs rêves

Ce sera mon modeste châtiment :

Qu’il me pique la peau !

Et trébuchant, silencieux,

Un peu cérémonieux,

Je blâmerai ma paresse

Sous la lune froide.

 

 Joyeux, paisible, sans pour autant me vendre,

Voilà ce qu’aura souhaité mon âme !

 

Cirque*

 

Que d’époques ont passé Et il y eut des guerres brunes

 

Que d’époques ont passé Et l’hiver le vent a soufflé

 

Que d’époques ont passé

Et ce soir que de monde Et ce soir que de monde

 

Sous la tente

Un trapèze Un très petit trapèze

 

Tête en bas, mains pendantes, Sous le toit de coton sale

You ! han ! you ! ho! you! ah! you! oh!

 

Les lumières blanches Soufflent pauvres rubans

 

Spectateurs tous sardines Leurs gorges font un bruit d’écaille d’huître

You ! han ! you ! ho! you! ah! you! oh!

 

Dehors il fait noir noir Et la nuit continue à s’étendre

 

Avec la nostalgie d’un pauvre para, d’un pauvre parachute !

You ! han ! you ! ho! you! ah! you! oh!

 

Chant sans paroles*

 

Sans doute est-ce en un endroit très loin

Mais c’est ici qu’on doit attendre

Ici l’air est rare et pâle

Vague et léger comme un blanc de poireau

 

Je ne me presserai pas

Et attendrai ici le temps qu’il faut attendre

Je ne porterai pas au loin un regard de fillette

Car il suffit d’attendre ici

 

Au moins ai-je vu là-bas caché dans le soleil du soir

Quelque chose de faible et d’intense comme le sifflet d’un train

Pourtant je ne courrai pas

Car c’est ici qu’il faut attendre

 

Aussi bientôt je reprendrai mon souffle

Et certainement irai là-bas

Mais qu’était-ce sinon comme la fumée d’une cheminée

Au loin, au loin et pour toujours ce qui s’étire dans un ciel de garance

 

 

*Traduction française d’Yves-Marie Allioux

 

Durée : 15'

Pour clarinette (clarinette basse), violoncelle et piano


Recherche (Editions)

DISTRIBUTION

 

Retrouvez nos disques sur...

 

 

 

 

 

Panier

 x 
Panier Vide

Connexion